Le chaud et le froid des politiques énergétiques: des usages de la climatisation à leur prévention. - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2016

Le chaud et le froid des politiques énergétiques: des usages de la climatisation à leur prévention.

(1)
1

Résumé

Le chaud et le froid des politiques énergétiques: des usages de la climatisation à leur prévention. La climatisation a connu un essor important depuis quelques années en Guadeloupe, contribuant à augmenter la demande en électricité. Des particuliers ont ainsi investi dans des installations à la suite de l'épidémie de dengue : ils fermaient les fenêtres afin que les moustiques, vecteurs du virus, ne rentrent pas dans leur logement ; mais l'air manquait alors, et la chaleur se faisait sentir. D'où l'investissement dans une climatisation. Ce cas n'est pas isolé et concerne d'autres départements d'Outre-Mer, mais aussi des départements du sud de la France où la climatisation sert aussi à se prémunir des invasions de moustiques. Cet exemple souligne des transferts d'usages, ici initialement de refroidissement du logement à la prévention sanitaire, qui contribuent à la diffusion de la climatisation. En France métropolitaine, seules 5% des résidences principales sont climatisées, mais ce chiffre a doublé entre 2003 et 2008 1. Si la climatisation est plus présente dans les DOM, elle est inégalement répartie dans ces territoires. Pour illustration, elle concerne un tiers des logements en Guadeloupe où elle est à l'origine de près du quart des consommations en électricité (Galenon, 2011), et seulement 16 % des logements réunionais. Mais partout se dessinent ou se confirment, selon les territoires, une augmentation des installations de climatisation dans le résidentiel sur des modalités qui mettent en jeu des éléments parfois inattendus. Ainsi, et alors que les politiques en matière d'énergie tentent d'infléchir les pratiques vers une plus grande modération des consommations en électricité des particuliers, on observe un changement de pratiques domestiques vers des usages énergétivores. Au travers de nos enquêtes menées dans l'Hexagone et dans des DOM, on observe pourtant des pratiques de refroidissement naturelles qui concernent le logement et ses abords (ex. aération ou fermeture du logement, végétation aux abords du logement) ou les habitants eux-mêmes (ex. vêtements légers, sieste). Ces pratiques locales sont ancrées dans un mix énergétique et font référence, dans les discours des habitants, à des habitudes transmises de génération en génération. Ce qui justifie l'idée de « savoirs locaux», c'est-à-dire de savoirs diffus dans la société (Roué, 2012) qui s'appliqueraient ici à la gestion des températures intérieures du logement. On peut alors s'interroger sur les raisons pour lesquelles la climatisation se diffuse, alors qu'existent des solutions qui ne consomment pas ou peu d'électricité. Une première raison tient à l'évolution des normes de construction. Dans les DOM, la forte diffusion de la climatisation tient aussi à l'existence de programmes collectifs neufs dont les modes et matériaux de construction ne sont pas toujours adaptés au climat (Donn, Garde, 2015), ce qui contraint les habitants de ces logements à utiliser la climatisation-ce qui n'est pas particulier à ces territoires, et souligne la responsabilité d'un ensemble d'acteurs (ex. architectes, concepteurs,) dans l'essor de cet usage (Chapells, Shove, 2005). Celui-ci n'est 1 Sources : Centre d'Etudes et de Recherches sur l'Energie (CEREN).
Fichier principal
Vignette du fichier
PRATIK-25_COURT_BOULY.pdf (452.29 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-01974955 , version 1 (28-02-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01974955 , version 1

Citer

Sophie Bouly de Lesdain. Le chaud et le froid des politiques énergétiques: des usages de la climatisation à leur prévention.. Pratiques sociales et usages de l'énergie, 2016. ⟨hal-01974955⟩

Collections

EDF
55 Consultations
40 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More